Homage à Ingrid Bettancourt…

Posté le 7 novembre 2008 par jmlpoesie dans L'eau du Desert

Ingrid bien sur 

Sur les murs de ta prison
Les jours ne laissent pas de traces
Les encoches dans l’écorce
S’effacent au rythme de la forêt 

Perdus sans repère de temps
Les prisonniers lentement pourrissent 

L’eau insidieuse partout s’insinue
Les feuilles les serpents les insectes
Se fondent dans ce monde monochrome
Même sous la terre brille l’émeraude 

Une goutte une larme une perle de sueur
Je n’ose penser à une tache de sang
Inondent la rumeur de ton enlèvement
Le monde fait ta connaissance
Ton nom venu du froid ou de Casablanca
Tes photos arrachées attachée affichées
Ton entourage admirable les enfants sublimes
Une si rare compassion nous anime
Ton courage ton combat tes prières 

Puis te voilà d’un éclair émergée
Pudique muette de tes vraies blessures
Pleine d’amour de pardon de clarté
Plongée dans ce fleuve qui t’a porté à nous
Pour t’y purifier t’y baptiser nous étreindre 

Voila maintenant pour toi le temps de la vie
Celle qui t’a attendue ton plus grand défi 

 

Un Commentaire le “Homage à Ingrid Bettancourt…”

  1. Anonyme

    rien depuis novembre 2008?…

Répondre

D'autres nouvelles

Visiteurs(euses)

novembre 2008
L Ma Me J V S D
« mar   sept »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Rêve

Je monterai dans l’arbre  Jusqu’au fait je serais vert  Accroché ...

Le doute

Petit à petit  Au goutte à goutte  Insidieusement subrepticement  Sous la perfusion lente ...

Homage à Ingrid Bettancourt…

Ingrid bien sur  Sur les murs de ta prison Les jours ne ...

Les méandres de la relativité

Une visite sur les terres Castillanes du mythe de Don Juan…

Invitation à la lecture La statue du commandeur Plantée dans le coeur ...

Peut-on encore écrire sur Jésus au delà des extrémismes et des religions… Je m’y essaye!

  Lettres ouvertes sur l’inconnu. Qui était tu toi le Fils L’oeuf du ...

Holocauste, génocides… Un poème quelques mots pour l’espoir…

Un matin dans la plaine   La maison La peur L’attente de l’inéluctable Les pas ...

Jeux de mots…

Salais marrants et moubles savants   Chercher chercher Mais surtout sans espoir Ne pas ...

La fenêtre

La Fenêtre         Une femme à la fenêtre agite ses beaux bras ...

Une visite à Salvador Dali…

Les couleurs de Dali (Ou peut-être inversement…) Imitant ceux d’avant Et même ...

Poésies d'ombre et de lumières

Trilogie des Maries

(En 20 lignes chacunes et sans verbe pour Marie car ...

Errance à Rome

Errance à Rome Je me suis bien promené d’abord J’ai vu ...

La dame au camélia…

Le Camélia et la Dame  Dans le brouillard des matins ...

Marylin Monroe… La poupée ne joue plus…

La poupée qui ne joue plus     Norma C un nom ...

Approcher le bleu dans la méditation et la nuit…

 B. L. E. U Bleu Mais quel bleu ? Le bleu du ciel changeant  Celui ...

Essentialiser… Ou les mots perdus…

Ne rien se dire Et ne rien dire Croire se comprendre Sans se ...

Poésie pour les enfants

Petite histoire en griMpant            sUr le      muR en en mangeant !   J’ai planté ...

Essentialiser… Ou les mots perdus… (Poésie minimaliste…)

Essentialiser… Ou les mots perdus… Ne rien se dire Et ne rien ...

Les cathédrales

Perspectives de Pierre  Elles émergèrent ainsi soudain de la terre Dans ...

L’amour pour mon fils de 7ans Joël… (Ecrit quand il en avait 5)

Joël   Avant toi il n’y avait rien Là A ta place dans mon ...

Un vieux rêve: Voler comme les oiseaux!

Le voleur de falaises   Je voudrais moi aussi m’élancer des falaises Comme ...

Le poids de la vie, le racisme, les différences… Révolte…

Quelques millions de petits nègres… Salutations poétiques très distinguées à Lady ...

Le réchauffement climatique, la pollution… Et notre inertie …

L’air de rien Respirer profondément Méditer dans le calme du souffle Tout en ...

llectures 2012 |
la belle brune |
Vickie Kappler |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | storyfiction
| MICKAEL FERRIZ
| Poésie de Joëlle HUGUES